Gérer la création de sa newsletter

De bonnes bases pour toucher sa cible

Vous avez créé votre site Internet il y a quelques mois ou quelques années, et depuis ce temps, vous avez réussi à constituer une véritable audience, qui vous suit, vous écoute, et vous avez réussi à collecter plusieurs centaines voire plusieurs milliers d’adresses e-mail. Bravo, vous allez pouvoir lancer votre newsletter. Cependant, vous allez voir que les choses ne sont pas si simples : il va d’abord falloir répondre à certaines exigences légales pour la diffusion de votre newsletter, et mettre en place quelques précautions techniques pour qu’elle ne finisse pas à la poubelle… On fait le point dans ce petit article

Créer sa newsletter

S’assurer qu’elle ne finisse pas dans les SPAM

Ou comment optimiser son taux d'ouverture

De nombreuses newsletter finissent dans les spam et ne sont jamais lus par leurs destinataires. Pourquoi ? Et bien, simplement parce que les hébergeurs et opérateurs d’adresses mail ont mis en place quelques dispositifs qui permettent à une boîte mail de ne pas être totalement saturée par le Pourriels. Ces dispositifs sont appelés filtres, et il y utilise plusieurs technologies pour vérifier qu’un e-mail est bien légitime, et qu’il ne s’agit pas d’un courrier indésirable. On va regarder ce que vous devez ajouter à votre newsletter et ce que vous devez faire pour que ce soit un courrier sollicité, en bonne et due forme, qu’il soit ouvert, et qui ne parte pas directement la corbeille.

Les mentions légales

Quand vous créez newsletter, vous avez certaines obligations légales et certaines mentions à faire apparaître dans votre mail. Une newsletter est soumise à l’article 32 de la loi informatique et libertés, et il convient de respecter les choses suivantes :

  • Inscrire l’identité du responsable de la newsletter
  • Inscrire l’identité de l’expéditeur du courrier
  • Indiquer l’objet de l’envoi
  • Indiquer si les données collectées font l’objet d’un traitement spécifique
  • Indiquer peut faire usage de ces informations
  • Permettre à l’internaute de se désinscrire facilement de la newsletter un simple clic sur un lien.
Vous voyez, il s’agit au final d’être transparent, et de dire clairement ce qu’est l’objet de votre newsletter, et pourquoi elle est envoyée. Ce n’est pas plus compliqué que ça, la simple apparition de ces mentions vous permettra déjà de faire baisser le spam score de votre mail.

Votre newsletter doit être honnête

Votre newsletter ne doit pas tromper l’internaute. Si votre envoi concerne une promotion ou un jeu concours, affichez clairement la couleur, ne surfez pas sur la vague des pratiques webmarketing un peu douteuses qu’on voit pulluler sur le Web.

Le code HTML

Une newsletter est rédigée la plupart du temps en HTML. Il faudra veiller à ce que le code soit propre, avec une mise en page en tableaux et un code CSS in-line.

Votre contenu marketing

Les taux de retour sur une newsletter sont généralement très bas (inférieurs à 2 %) donc, autant que possible, limitez au maximum les discours trop vendeurs. Les sociétés occidentales sont complètement saturées par les discours commerciaux, il n’y a rien de plus désagréable que d’avoir l’impression d’être un simple prospect dans une immense base de données. Au contraire, personnalisez au maximum votre newsletter, essayez de créer une vraie relation avec votre prospect. Évidemment, vous ne pouvez pas rédiger chaque newsletter à la main pour la personnaliser à fond. Mais vous trouverez sur les sites des éditeurs de newsletter comme Mailchimp ou Mailjet des outils vous permettant d’inclure le nom de votre prospect.

Argumentaire et newsletter

Nous venons de voir que les taux de retour sur une newsletter sont très bas. Il ne faut pas compter sur ce moyen pour gagner énormément d’argent, en général, cela fait un complément de revenus. Par contre, si votre newsletter est envoyée « de bon cœur » et que vous êtes véritablement dans le partage et la communication, alors vous aurez des taux de retour nettement supérieur. Vous pouvez par exemple créer une formation gratuite, en informer vos utilisateurs, mettre un lien vers un tunnel de conversion dans votre lettre d’information, et proposer une option payante au sein de la formation. Vous faites une pierre deux coups, car vous communiquez sur votre activité, vous générez du trafic vers votre site, vous améliorez votre image de marque en mettant à disposition un contenu open source, et vous faites un peu d’argent grâce à votre option payante.